Pourquoi veut-on faire jouer les parents et les adultes accompagnateur.trice.s avec les enfants ?

Conditions d'utilisation

 icone pdf violet |icone imprimer violet|icone mp3

Présentation de l'atelier

Organisation

  • Atelier d’Échange de Pratiques

  • Durée : 3h

  • Animé par Martial Farhi, de ALPE-ACEPP 04)

  • 19 participant.e.s : 5 ludothèques 5, 4 centres de loisirs, 4 en animation de rue, 4 LAEP, 2 maisons des jeux, 2 crèches, 1 MJC-Centre social. Certaines structures ont plusieurs fonctions (par exemple centre social et LAEP…)

La problématique de l’atelier

« Professionnel.le.s ou bénévoles, nous échangerons sur les attitudes que nous adoptons envers les adultes accompagnant des enfants. Quelles sont nos expériences en ce domaine, comment nous adaptons-nous aux différentes situations, quelles réussites et quels échecs, quelles interrogations… ? »

  • Quel regard portons-nous sur les adultes accompagnant.e.s ?

  • Quelles idées avons-nous de leur fonction, et de la nôtre ?

  • Pourquoi agissons-nous, agissent-ils et agissent-elles d’une manière ou d’une autre ?

Production de l'atelier

Déroulement de l'atelier : après avoir posé la problématique et fait un constat sur leurs attitudes, ainsi que sur leurs visions des publics, les participant.e.s ont discuté en petits groupes sur leurs pratiques, à partir de cas imaginaires ou issus de leur quotidien. Pour finir a eu lieu un retour en grand groupe, durant lequel toutes et tous ont fait part de ce qu’ils et elles retenaient de leurs discussions.

Les participant.e.s de cet atelier rencontre des familles et les accompagnateurs et accompagnatrices suivants : des enseignant.e.s, des assistant.e.s maternel.es, des animateurs et animatrices de relais, des éducateurs et des éducatrices, des animateurs et des animatrices en ALSH, des bénévoles, du personnel de la petite enfance, des infirmièr.e.s, des travailleurs et des travailleuses familiales, des assistantes sociales...

1- les constats des participant.es

Les pratiques des participant.e.s

Trois titres sont proposés, sous lesquels les participant.e.s notent les pratiques qui leur semblent correspondre

« Je le fais tout le temps et ça me plait »

Du moins vers le plus :

  • Jouer avec les parents

  • Donner des infos sur les jeux

  • Faire jouer les adultes entre eux

  • Laisser faire

  • Ecouter

  • Favoriser les jeux parents-enfants

« Je ne le fais jamais »

  • Parler du jeu libre, mais ça va changer

  • Faire passer l’adulte pour un.e incompétent.e

  • Dire que je ne suis pas d’accord avec leur façon de penser

« ça ne me plait pas »

  • Laisser l’adulte décider du jeu de l’enfant

  • Porter des jugements

Les pratiques des adultes accompagnateurs et accompagnatrices

D’après les participant.es, les adultes accompagnateurs et accompagnatrices  :

  • viennent juste jouer

  • se posent dans un coin (ce peut être le but ou pas de la structure)

  • s’intéressent à l’utilité du jeu

  • privilégient le jeu libre

  • font de l’éducatif

  • observent

  • ont toujours un but

  • sont disponibles à 100 %

  • viennent rencontrer d'autres personnes

  • boivent un café

  • sortent du quotidien

  • se séparent

  • décompressent dans un cadre sécurisé

  • sociabilisent leur enfant.

2- retours des groupes de discussion

Exemple de sujet : « Lors d’une animation en ludothèque, j’ai installé un coin jeu de règles. Un groupe de mamans arrivent, s’installent dans un coin et discutent »

2.1- des conclusions

  • amener les adultes à jouer avec les enfants n’est pas une fin en soi

  • Pas d’obligation à faire jouer, mais on peut inciter par de multiples moyens

  • Le lien peut se faire autrement que par l’interventionnisme

  • Quand les adultes accompagnateurs sont des professionnel.le.s, avec un but particulier : on peut être légitime dans notre discours de « spécialistes du jeu », en leur expliquant notre posture et notre vision du jeu.

2.2- des pistes d’action

  • Le cadre et le matériel : aménagement, organisation, affichage, diversification des propositions de jeu

  • Le projet du lieu : en le retravaillant, être plus clair sur les objectifs ; être clair sur le règlement, le faire appliquer, respecter.

  • Le travail en équipe : sur le projet également, sur une vision du jeu commune à notre lieu ; se questionner sur « pourquoi » (on fait, o ne fait pas, le public agit de telle ou telle façon) ; avoir une connaissance du Jeu

  • Le public : prendre le temps de dialoguer ; expliquer le cadre, notre approche du jeu ; transmission du plaisir de jouer ; amener les adultes à observer les enfants qui jouent – utiliser l’humour dans nos remarques auprès des adultes

2.3- Ce qui fait débat :

Notre légitimité à intervenir. Elle est à construire

Bibliographie

Jeux et cultures pré-scolaires. Ouvrage collectif sous la direction de Sylvie Rayna et Gilles Brougère. INRSP