Le processus de construction collective

 Dans la préparation des RL

Invitation à participer à leur organisation

Afin que les Rencontres Ludiques répondent aux attentes du plus grand nombre, une invitation à participer à leur organisation et un appel à des contributions individuelles et collectives a été fait auprès des ancien.ne.s participant.e.s et dans les réseaux importants des structures à l'initiative des RL 2012. Avec l'appui de la CAF de Valence par exemple, les animatrices des réseaux d'assistantes maternelles de la Drôme ont formalisé leurs besoins et ceux des assistantes maternelles. La forme et le thème des Rencontres Ludiques 2012 sont le fruit de la prise en compte des contributions d’un nombre conséquent de partenaires, des bilans et des perspectives des premières éditions.

Fonctionnement de l'équipe organisatrice

Des rendez-vous sous forme de week-end pendant 18 mois.

La répartition de l'équipe d'organisation sur tout le territoire a impliqué des formes de travail en réseau, équilibrant travail à distance et rencontres physiques.

Le comité de pilotage s'est réuni lors de 6 week-ends, entrecoupés de réunions téléphoniques, du travail autonome des commissions (contenus pédagogiques, partenaires et financements, communication, logistique) et de celui du coordinateur.

La dynamique entre ces temps de travail (et de vie) et les temps « entre  deux » a favorisé une maturation des pensées. Ce processus de création collective, étalé dans le temps, a permis une évolution et une transformation au sein même du groupe, à partir d'échanges concrets et de la rencontre de nos imaginaires.

La préparation des RL a été un temps véritable d'autoformation pour les membres du comité pilotage, à partir de la mutualisation des compétences techniques et humaines du groupe.

Création du poste de coordination

La dispersion géographique des membres du comité de pilotage, le temps nécessaire à la préparation des éditions précédentes, et la nécessité de cohérence des diverses démarches nous ont conduit.e.s à créer un poste de coordination autofinancé.

Projet d'ancrage des RL sur une dynamique locale

Nous avons tenté de nous appuyer sur la dynamique jeu importante dans les départements de la Drôme et de l'Ardèche, pour travailler avec les acteurs et actrices à l'échelle locale et solliciter leur soutien sur le projet, notamment dans sa partie logistique.

Choix pédagogiques

«  Les Rencontres Ludiques s'inscrivent dans le courant de l'Éducation populaire et dans celui de la pédagogie active. Les personnes qui s'y forment sont détentrices de savoirs et de savoir-faire. Nous décidons simplement de leur faire confiance, de nous appuyer sur ces savoir-faire et ces connaissances des terrains, en proposant des formes de travail qui rendent chacun.e acteur et actrice de sa formation et de celle des autres. Nous faisons le choix de la construction collective d'outils et de connaissances »2.

Nous voulons faire travailler ensemble les différents acteurs et actrices des domaines du social, du culturel, de l'éducatif et du médico-social, qu'ils ou elles soient professionnels ou bénévoles. Les RL sont conçues pour croiser les savoirs et les pratiques entre ces différents milieux.

Nous posons comme préalable que les animations d'ateliers soient assurées par des personnes ayant une pratique sur le thème proposé, même si leur expérience dans cette fonction n'est pas toujours confirmée. Nous avons ainsi sollicité des personnes de nos réseaux et les avons accompagnées dans cette prise de responsabilité et de risque. Nous avons construit deux outils pour compléter cet accompagnement : un guide de l'animateur et de l'animatrice (des RL 2012) et un guide des techniques d'animation.

Nous accordons une place importante aux temps informels. Les rencontres, l'impulsion de dynamiques collectives et la constitution de réseaux se fabriquent autant en travaillant ensemble, que par les rencontres humaines, la convivialité durant les soirées jeux ou le fait de vivre ensemble pendant 4 jours.

Enfin, parce que les échanges et les réflexions partagées pendant les RL sont toujours très riches, nous souhaitons les capitaliser et les diffuser par la rédaction d'actes écrits, la réalisation d'actes audio et par la mise en ligne sur un site internet consultable par le plus grand nombre pour une libre utilisation.

Ce fonctionnement collectif lors de la préparation, sans hiérarchisation des postes et des places a initié et produit des effets que nous avons pu retrouver tout au long des journées des rencontres.

 

Sur le terrain, les ingrédients de la réussite

Ensemble, se mettre au travail

Le projet des Rencontres Ludiques pourrait se résumer ainsi : faire avec l'ensemble des gens concernés et non à leur place, ou sans eux. Faire travailler ensemble 135 personnes qui ne se connaissent pas, qui ont des professions et donc des approches du jeu différentes, qui sont confrontées à des réalités de terrain distinctes.. Pour permettre cette construction collective, nous avons travaillé à plusieurs niveaux : l'organisation des RL sous la forme de ce que nous appelons « la formule village », l'élaboration des plénières, des ateliers, des temps informels et leur articulation entre eux. Nous avons constamment favorisé la participation active des participant.e.s, en définissant un cadre d'échange et de fonctionnement propice, en travaillant sur leurs postures et celles des animateurs et animatrices d'ateliers.

La formule « village »

C'est la réédition d'un fonctionnement plébiscité lors des RL 2004 : les Rencontres de déroulent dans un lieu unique, avec repas et hébergement. Cette formule favorise les rencontres et l'inclusion de tous et toutes dans une ambiance conviviale et constructive. Elle permet une immersion permanente des participant.e.s dans la thématique et les réflexions.

Le partage des rôles

Pour inciter les participant.e.s à s’approprier les RL, à s'impliquer tout au long de ces journées, nous leur avons demandé de prendre en charge un certain nombre de fonctions :

  • pédagogiques, par l'animation d'ateliers, la prise de note pour la rédaction des actes écrits, la participation aux actes audios, la restitution de leur atelier,

  • logistiques, en aidant à la manutention, la gestion du bar, et toutes les tâches quotidiennes.

    Nous leur avons donné la possibilité d'être à l'initiative de ce qu'ils et elles souhaitaient porter.

Ce partage des rôles et le fonctionnement non hiérarchique des RL donnent une place égale à toutes et à tous, placent chacun.e devant ses responsabilités, et ouvrent la voie de la construction collective.

Les plénières, les ateliers

Les Rencontres se sont ouvertes et conclues par deux séances plénières.

La première posait, sur la question du langage, un socle commun préalable aux réflexions de ces RL. Elle avait, au-delà de son contenu, une fonction d'introduction et d’accueil.

La deuxième, écho de celle du premier jour, permettait de mesurer :

  • notre force collective, 135 personnes affirmant leur volonté de mettre en place des actions dans la continuité du travail engagées durant les RL.

Les ateliers, dans leurs formes et leur animation, ont fait l'objet d'une attention particulière. Nous avons travaillé à trois niveaux :

  • un cadre favorisant la construction, instaurant un climat de confiance et de non jugement, une absence de jugement dans les points de vue et de hiérarchies entre les personnes ou les professions.

  • des techniques d'animation permettant de faciliter et réguler les prises de parole. Nous avons rédigé à cet effet un guide spécifique, à l'usage des animatrices et animateurs d'ateliers.

  • la posture des animateurs et des animatrices d'ateliers et celles des participant.e.s. Un texte précisant ce cadre et nos objectifs leur étaient distribués lors de l'accueil.

La richesse du collectif s'est construite dans cette alternance entre des moments en petits groupes, permettant une plus grande proximité et des moments de rassemblements, parfois ritualisés, qui ont généré le sentiment de faire partie d'un grand ensemble, contribuant à la construction d'une identité professionnelle,l'avancée des réflexions menées durant ces journées et leur appropriation par les participant.e.s.

La restitution visible

Chaque atelier est conclu par un poster réalisé par les participant.e.s de l'atelier et présentant la synthèse des échanges. Ils sont exposés dans une salle à la vue de tous et de toutes, espace et temps propices aux échanges et qui maintiennent une transmission active du contenu des ateliers.

Les temps informels

Ils ont été préparés avec autant de soin que les temps de travail. L'aménagement chaleureux d'une grande salle de vie, des soirées jeux, des espaces et des temps laissés à l'initiative des participant.e.s, la radio des Rencontres Ludiques, les impostures de l'ANPEJ, un bar... servaient de respiration et favorisaient les rencontres, la poursuite des discussions informelles, l'impulsion de projets collectifs et plus généralement, la dynamique de réseaux.

 

2 Extrait du guide de l'animateur et de l'animatrice, des RL 2012

haut de page

page précédente <   > lire la suite