La fête du jeu et les festivals de jeux font-ils avancer la reconnaissance du jeu ?

Conditions d'utilisation icone pdf violet |icone imprimer violet|icone mp3

Présentation de l'atelier

Organisation

  • Atelier de découverte théorique

  • 3 h

  • Animation : Jean Yves Vaquer, des MJC en Rhône-Alpes

  • 15 participant.e.s bénévoles et salarié.e.s, ludothécaires, animateurs et animatrices de maison des jeux ou d’associations socioculturelles.…

La problématique de l’atelier

La fête du jeu, les festivals de jeux font-ils avancer la reconnaissance du jeu ? Comment et avec quelles limites permettent-ils de modifier le regard du grand public, des médias et des partenaires sur le jeu ? Comment nous positionnons-nous, comment communiquons-nous pour que ce changement de regard perdure au-delà de l’évènement ?

Production de l'atelier

1- Développer les mots :

Nous commençons par essayer de voir ce que chacun.e met derrière les termes « faire avancer », « reconnaissance » et « jeu ».

« Faire avancer » :

Militer, pousser dans une direction, faire évoluer/progresser, diversifier, adapter, améliorer, rendre lisible, découvrir, aller de l'avant, changement, institutionnaliser.

« Reconnaissance » :

Prise en compte, valorisation, connaissance, légitime, justification, définition connue, importance, utilité, apprécier à sa juste valeur.

« Jeu » :

Activités ludiques, activités improductives, plaisir, partage, convivialité, outil de développement, passe-temps, comportement, interaction, diversité, objet culturel.

2- Qu'est-ce qui est à l'origine d'un festival ? Quel est le déclic ?

Chaque participant.e fait part de son expérience personnelle pour dresser un aperçu des raisons (ou des personnes) que l'on trouve comme point de départ à ces festivals de jeu.

Les festivals suivants sont évoqués :

  • les Turlupinades en Drôme/Ardèche,

  • le Festival du Jeu de Valence,

  • OctoGônes à Lyon,

  • Tous en Jeu à Lyon,

  • Ain’terlude dans l’Ain,

  • Festival de Créateurs de Jeux dans l’Ain,

  • 24 heures du Jeu, à Theix,

  • 1er Festival de Jeu 

  • Rencontres des amis des ludothèques sur roues, en région PACA,

  • la Fête du Jeu à Brest,

  • Place aux Jeux, à Grenoble.

Ils et elles évoquent ensuite les raisons et les motivations qui ont fait « naitre » ces festivals de jeu :

  • volonté de personnes passionnées,

  • demande d'une municipalité,

  • occasion de se greffer à une manifestation existante,

  • volonté de faire reconnaitre une association,

  • constitution d'un collectif d'associations,

  • amener le jeu dans un désert ludique,

  • blague entre deux joueurs,

  • projet intercommunal de créer un évènement,

  • faire connaitre la ludothèque itinérante,

  • idée du service culturel de la marine,

  • « prendre une revanche » sur les autres activités artistiques : mettre la musique, la danse et le théâtre au service du jeu.

3- Quelles sont les personnes physiques ou morales qui constituent un festival ?

Après avoir listé ces personnes, nous réfléchissons à leurs rôles respectifs et à leurs attentes.

 schema-fete-du-jeu-et-festivaltableau-fete-du-jeu-et-festival

4- Quel est l'impact d'un festival de jeu ?

L'impact d’un festival de jeu est fortement lié à son rayonnement et à sa notoriété. Un évènement qui rayonne au niveau régional ou national sera plus facilement relayé par les médias et mieux soutenu par les partenaires (crédibilité, « effet de mode »…). Par contre, ce type de rayonnement n’est pas forcément signe de qualité.

Quelle serait donc la vocation d’un festival de jeu ? Est-ce qu’un festival doit sans cesse « grandir » pour être mieux soutenu ? Est-ce que la notoriété participe à la reconnaissance du jeu ?

schema-2-fete-du-jeu-et-festival

5- En conclusion

À l’issue de ces trois heures d’échanges, nous sommes tous et toutes d’accord pour répondre positivement à la question de départ.

Oui, les festivals et fêtes de jeu font avancer la reconnaissance du jeu.

Mais attention, ces évènements ludiques induisent une organisation sans faille en respectant les places et rôles de tous les acteurs et les actrices.

Il nous a manqué de temps pour approfondir la problématique de départ et notamment la question suivante : « en quoi les fêtes et festivals de jeu font-ils plus avancer la reconnaissance du jeu que nos actions de tous les jours ? »

D'autre part, les enjeux d'un festival vont bien au-delà d'une simple volonté de faire avancer la reconnaissance du jeu. Les différents acteurs et actrices ont chacun.e des objectifs et des attentes propres. Il nous incombe donc à nous, professionnel.le.s du jeu, d'être garant.e.s que ces objectifs et ces attentes ne soient pas en désaccord avec notre envie de faire progresser la reconnaissance du jeu.

Il serait intéressant de poursuivre les échanges de pratiques en matière d'organisation de festival de jeu afin de soutenir et faire progresser l'ensemble des évènements existants et aider à la création de nouveau.

Dans cette perspective, nous pourrions identifier les postes clés de la création et de l'organisation d'un festival et proposer des méthodes ou des recettes personnelles. Par exemple, « comment gérer les relations presse ou comment renouveler chaque année un évènement ? »