Bilan

Les enjeux

Il y avait plusieurs enjeux à organiser de nouvelles Rencontres Ludiques.

  • La dernière édition des RL datait de 2004 ! Depuis, deux collectifs avaient souhaité les organiser, mais n'avaient pu dépasser le stade des envies, faute de suffisamment de forces vives, et notamment de structures en mesure d'assurer la coordination. Nous avons fait le choix d'embaucher un coordinateur, avec tous les risques financiers que cela impliquait pour le collectif.

  • Depuis la dernière édition et bien que le monde du jeu se soit fortement développé, nous n'étions pas sûr.e.s de réussir à mobiliser les réseaux de 2004. Or, 135 personnes sont venues sur la durée des RL. Le maximum que nous nous étions accordés. C'est une réussite !

Bilan pédagogique

Les contenus

Nous avons la prétention d'affirmer que les contenus produits sont riches. Les comptes rendus d'ateliers et les restitutions rédigés par les participant.e.s, leurs évaluations faites à l'issue des RL vont dans ce sens. Nous avons l'assurance qu'ils et elles se sont approprié.e.s ces contenus.

Il est cependant un peu tôt encore pour évaluer tous les changements qu'ils vont produire (notamment sur le thème de la reconnaissance du jeu) dans les structures des participant.e.s, puis par effet de domino, dans le monde du jeu, chez les institutionnels, le public, les professionnel.les avec qui nous travaillons. Des retours concrets ont déjà été constatés : la modification de la nature des échanges avec des partenaires municipaux, des interventions faisant suite à des ateliers des RL, une demande de soutien à la création d'un café–jeux, des réécritures de plaquettes de communication pour parler du jeu, des liens professionnels...

La forme

Un élément nous semble représentatif de la réussite des Rencontres Ludiques. Il s'agit de l'implication active des participant.e.s dans ces journées. Elle traduit l'intérêt de ces Rencontres et la pertinence de leur fonctionnement. Au vu de leur engagement durant ces quatre jours, nous pouvons affirmer que ces RL 2012 ont été un succès.

Les témoignages que nous avons eus à posteriori, sur l'appétit que ces expériences ont ouvert quant à la capacité d'animer des groupes et d'avoir envie d'innover vont au delà de ce que nous pensions créer. La valorisation des compétences, au cours des ateliers, de nombre de participant.e.s leur a permis :

  • de se représenter autrement leur travail ou leur place au sein des structures,

  • et de s'autoriser à imaginer et à proposer de nouvelles initiatives.

Par exemple, les personnes que nous avions sollicitées et qui ont animé un atelier pour la première fois nous ont presque toutes dit qu'elles proposeraient dorénavant des formations. Par effet boule de neige, en voyant ces personnes devenir animateurs et animatrices d'ateliers, une participante nous a annoncé qu'elle oserait maintenant répondre aux demandes de formation.

 

Financièrement ; un engagement militant

Les membres et les structures du comité de pilotage avaient pris le risque de ne pas être rémunéré.e.s pour leur travail de préparation des RL, symbole fort de l'engagement militant que nécessite l’organisation d’un tel événement. Grâce au grand nombre d’inscrit.e.s (et à l’obtention de subventions), c’est avec joie et soulagement, il faut bien le dire, que nous avons pu payer la quasi-intégralité de nos temps de travail.

Le bilan financier des RL 2012 se trouve en annexe.

 

Perspectives

Cette troisième édition était encore en cours que 17 personnes manifestaient leur intention de s'impliquer dans la préparation de futures Rencontres. La réunion de bilan du comité de pilotage a vu émerger la même volonté de poursuivre le travail de construction collective, et de suivre les pistes ouvertes par les actrices et acteurs des RL.

Il nous est apparu comme une évidence que, tout en ayant en point de mire les prochaines RL, il était essentiel de mettre en place d'autres formes d'actions, soutenues et impulsées par la dynamique de 2012 : accompagnement de structures pour organiser collectivement des événements type RL ; mise en réseau ; journées de formations ; mise en place de groupe d'échanges et d'auto formation à partir des pratiques ; travail en direction des institutions (ministère de la Culture, CAF...).

Ces actions se structureraient en trois grands axes : soutenir et valoriser le jeu comme pratique culturelle / Soutenir la professionnalisation et les identités professionnelles / Faire de l'association RL un lieu ressource.

Se pose maintenant la question des moyens. L'édition 2012 a validé la pertinence de notre organisation : un collectif de structures et de personnes, coordonné par un salarié qui représente et matérialise l'unité de lieu du comité de pilotage..

Aujourd'hui, alors que le travail sur les RL 2012 touche à sa (provisoire) conclusion, l'analyse objective de notre situation financière, ne nous permet que des projections à court, voire très court terme.

Avec ou sans salarié ? La force du collectif RL 2012 est une nouvelle fois mise à l'épreuve. Travail en cours !

haut de page

page précédente <